Prisca Grossenbacher-Frei évoque ses années chez PUBLICA

Prisca Grossenbacher-Frei évoque ses années chez PUBLICA
01.07.2021

Prisca Grossenbacher-Frei, membre de transfair de longue date, est devenue la première présidente de la Commission de la caisse en 2017. Après 12 ans, elle se retire de l’organe suprême de la caisse de pension le 30 juin 2021. Il est temps de jeter un regard en arrière.

Prisca, pourquoi t’es-tu engagée à la Commission de la caisse PUBLICA ?
J’ai d’abord siégé à l’AD PUBLICA. Je voulais m’engager davantage pour une caisse de pension solide – pour une répartition équitable des charges entre les jeunes et les plus âgés, entre les employeurs et les salariés.

Tu as siégé 12 ans à la Commission de la caisse. Quels ont été ton plus grand défi et ton moment fort personnel ?
La baisse indispensable du taux de conversion était le plus grand enjeu pour la Commission de la caisse, et pour moi en tant que présidente. Le processus de décision était long, car l’atténuation du taux de conversion plus bas nécessitait une contribution des employeurs. Mais heureusement, des mesures de grande envergure ont finalement été adoptées pour atténuer les pertes de rentes.
Mon moment fort personnel est l’élection de Doris Bianchi, la directrice compétente de PUBLICA. Je lui souhaite plein succès dans cette fonction exigeante.

Quelle est l’importance d’une représentation forte des travailleurs ? Quelle a été votre collaboration ?
Une parité appliquée nécessite une représentation forte des travailleurs. Nous nous sommes régulièrement rencontrés avant les séances de la Commission de la caisse afin de coordonner nos positions par rapport aux différents points à l’ordre du jour et la manière de procéder.

Selon toi, quels sont les défis à venir pour la Commission de la caisse ?
La nouvelle Commission de la caisse aura de nombreux nouveaux membres. C’est une chance pour l’organe, mais aussi un défi, car il faudra établir ensemble une collaboration constructive et orientée vers les solutions.

Quels sont tes projets pour l’après-PUBLICA ?
L’après a déjà commencé pour moi – je suis retraitée depuis l’été 2020 ! Je profite de mon temps libre et me promène souvent dans la nature avec mon jeune chien.

Prisca, merci pour toutes ces années d’engagement inlassable !

Domaines
PUBLICA