Palier le manque de personnel qualifié dans les entreprises ferroviaires et des transports

Palier le manque de personnel qualifié dans les entreprises ferroviaires et des transports © SBB CFF FFS
20.06.2019

Les articles de presse et les discussions centrés sur le manque de conducteurs de trains chez les CFF montrent clairement qu'une forte pression est exercée pour trouver des solutions dans différents domaines. La réévaluation périodique de l’office fédéral des transports qui a lieu tous les cinq ans pour renouveler le certificat de capacité pourrait servir de clé pour palier le manque de personnel. transfair réclame des ajustements de ces réévaluations.

L’association du personnel syndical transfair sait depuis longtemps que les conducteurs et conductrices de locomotives expérimentés exerçant depuis de longues années, les opérateurs du trafic ferroviaire et les collaborateurs d’autres catégories professionnelles dans l’entreprise ferroviaire prennent le plus souvent une retraite anticipée. Et ce pour ne pas avoir à se soumettre à une réévaluation périodique supplémentaire. « L’ensemble du processus de contrôle est particulièrement éprouvant pour le personnel ferroviaire d'un certain âge et la phase de préparation exige énormément de travail », déclare Bruno Zeller, responsable de branche Transports publics chez transfair. Par ailleurs, le stress quotidien augmente dans ces catégories professionnelles à cause du flux d'informations en constante augmentation et des changements de service à court terme.
 
C’est pourquoi transfair soutient l'intervention politique de son vice-président, le conseiller national Thomas Ammann. Il demande que le contrôle périodique soit effectué selon des prescriptions uniformes dans les entreprises de transport. « Pour les collaborateurs âgés de plus de 50 ans, le contrôle devrait être globalement reconsidéré », conclut Thomas Ammann. L’objectif est de travailler dans l’entreprise jusqu’à 65 ans en subissant moins de stress mais sans faire de concession sur la sécurité. Ceci est la proposition centrale pour contribuer à lutter contre la pénurie de personnel qualifié et contre la suppression de trains. Il est nécessaire d’augmenter l’attractivité des métiers des entreprises ferroviaires et des transports ainsi que de valoriser leurs perspectives d’avenir.