L’Office fédéral des transports saisi par la fièvre de la concurrence

L’Office fédéral des transports saisi par la fièvre de la concurrence @ jordanlye / fotolia.com
12.06.2018

La concession réoctroyée avec entrée en vigueur fin 2019 permettra aux CFF de poursuivre l’exploitation de la majeure partie du réseau du trafic grandes lignes pour une période de dix ans. L’Office fédéral des transports (OFT) a néanmoins décidé aujourd’hui d’introduire plus de concurrence sur les rails et attribué au BLS les concessions pour les lignes Berne–Bienne et Berne– Berthoud–Olten. transfair regrette que cette concurrence orchestrée morcelle un système qui fonctionnait bien. L’OFT occulte de plus totalement le personnel ferroviaire concerné.

transfair contre la «pseudo-concurrence»
Selon l’OFT, la concurrence sur les rails fera faire des économies aux contribuables. La marge bénéficiaire sur le trafic de longues distances est désormais plafonnée: lorsque le rendement sur le chiffre d’affaires est supérieur à 8%, les bénéfices supérieurs seront utilisés pour baisser le prix des billets ou relever la contribution au financement de l’infrastructure ferroviaire. Les entreprises de transport doivent être encore plus efficaces et efficientes.

Dans sa décision, l’OFT ne parle que de rendement et d’avantages pour les voyageurs. Mais pas un mot sur le personnel concerné. Bruno Zeller, responsable de la branche Transports publics de transfair, tient un discours très clair à l’attention de l’OFT: «Le personnel n’est à aucun moment pris en compte, or cette décision se répercutera forcément sur le personnel ferroviaire. transfair ne peut l’accepter car la «pseudo-concurrence» conduira à terme à une dégradation des conditions de travail!». Pour le syndicat du personnel, il est évident que le personnel des entreprises de transport ne se contentera pas de miettes et revendiquera aussi sa part des éventuels «gains de compétitivité». transfair ne voit malheureusement guère l’utilité de ces jeux de stratégie pour les voyageurs et les contribuables. Le syndicat du personnel s’attend tout au contraire à des coûts supplémentaires.

De simples déplacements de coûts
transfair considère que la décision de l’OFT est un non-sens économique. Ces nouvelles concessions ne représentent en effet que de simples déplacements et multiplications de coûts. Le BLS doit maintenant s’équiper en trains de trafic grandes lignes que les CFF ont déjà commandés. Le syndicat du personnel s’interroge sur la réalité des économies qui peuvent naître de telles manœuvres.
 
Garantir la protection du personnel
L’OFT a également décidé aujourd’hui que les trains de la SOB (Südostbahn) circuleront dès fin 2020 sur mandat des CFF et au titre de leur concession sur la ligne de faîte du Saint-Gothard, et de Coire à Berne via Zurich. transfair salue cette coopération et demande à tous les acteurs d’accorder la plus grande attention aux risques qu’impliqueront les éventuelles transitions pour le personnel et de préparer les mesures nécessaires. Les entreprises ferroviaires concernées peuvent déposer un recours contre les décisions de l’OFT. Le syndicat du personnel suivra cette affaire d’un œil critique avec pour objectif premier de protéger le personnel.
Domaines
CJ, SBB, SGV