Fonds de numérisation : octroi du premier mandat d’étude

Fonds de numérisation : octroi du premier mandat d’étude © Michael Schwarzenberger/Pixabay
25.04.2019

Le fonds de numérisation créé en mars par les CFF et les partenaires sociaux lance la première étude. Elle portera sur l’avenir du monde du travail. Une deuxième étude se penchera sur la sécurité sociale et l’employabilité du personnel.

Des études et des analyses permettront, d’une part, identifier les défis et les opportunités que représente le virage numérique, tant pour les CFF que pour leur personnel. D’autre part, il est prévu d’en déduire les mesures nécessaires pour assurer le savoir-faire requis à long terme pour l’exploitation d’un chemin de fer moderne. Il s’agit également de mettre en évidence les perspectives que le numérique offre au personnel, et d’accompagner autant que possible les collaboratrices et collaborateurs CFF dans leur développement personnel. Les CFF ont injecté 10 millions de francs dans ce fonds.

Fondation d’une société
À la fin mars, des délégations des CFF, sous la conduite d’Andreas Meyer, CEO, et des partenaires sociaux ont fondé officiellement la société chargée du fonds de numérisation. transfair y était représenté par Hanspeter Hofer qui déclare : « Pour transfair, il est important que les changements qui surviennent dans le cadre de la numérisation puissent être montrés. Les résultats issus des travaux du fonds de numérisation permettront d’élaborer des mesures appropriées. »

Depuis, les responsables des partenaires impliqués ont donné leur feu vert à un premier mandat financé par le fonds. L’EPF Zurich et l’entreprise de consulting PwC vont l’élaborer conjointement, sous le titre « Le monde du travail de demain aux CFF ». Ce mandat doit servir de base pour dessiner l’évolution des domaines professionnels des CFF, identifier les créations et disparitions possibles d’emplois, et définir les compétences qui seront demandées à l’avenir.  Bruno Zeller, responsable de la branche Transports publics de transfair, confirme la position du syndicat : « Les processus de plus en plus numérisés ne doivent pas conduire à des conditions de travail précaires. A l’ère du changement numérique, les salariés doivent être soutenus et accompagnés au mieux. » Les résultats seront présentés dans le cadre de la Journée du digital de cette année, le 3 septembre prochain.

Deuxième étude sur la sécurité sociale et l’employabilité
Au cours du deuxième trimestre 2019, le fonds de numérisation permettra de lancer une deuxième étude. Son objectif est d’analyser les possibilités de développement à long terme des systèmes de sécurité sociale des CFF et d’identifier les moyens susceptibles de prévenir les effets négatifs du numérique sur le personnel. « Pour les personnes qui ne peuvent pas suivre ces changements, il faut proposer des offres supplémentaires utiles », dit Bruno Zeller Une étude portant sur le traitement du flux croissant d’informations et de canaux résultant du virage numérique et de la mise en réseau numérique est en cours de préparation. Les CFF et les partenaires sociaux espèrent que ces analyses constitueront de précieuses bases pour l’aménagement du monde du travail de l’avenir et de ses conditions.
Domaines
SBB, SBB Cargo AG