transfair maintient le cap des revendications salariales générales !

transfair maintient le cap des revendications salariales générales ! © transfair
18.12.2017

Les nouvelles technologies et le phénomène digital poussent le service public à réadapter ses méthodes de travail et sa politique du personnel. Actuellement, les entreprises publiques sont contraintes à se réorganiser. transfair s’engage pour que ces bouleversements ne se fassent pas au détriment des employés et insiste sur des conditions de travail équitables et sur des salaires justes.

transfair montre nettement sa volonté d'arriver progressivement à des mesures salariales généralisées durant les négociations de cet hiver. Les mesures toujours plus individualisées ne doivent pas devenir la règle. L'hiver salarial met notamment en exergue la situation des caisses de pension. transfair estime que la question des caisses de pension et celle des salaires doivent être considérées séparément. Pourtant, les partenaires sociaux ont parfois tendance à rassembler ces deux thématiques. Par exemple, la proposition du Conseil fédéral de lier les mesures d'atténuation pour les fonds de pension à la renonciation aux mesures salariales à l'administration fédérale apparaît comme un péché originel. transfair combat cette façon de procéder et estime que la situation des salaires doit être envisagée séparément afin que les employés ne subissent pas les conséquences négatives du manque de capitaux d’épargne. Dans les négociations, transfair insiste de façon générale pour que le renchérissement de 2017 et l’influence de l’augmentation des primes d’assurance maladie soit compensés dans les mesures salariales.
 
L’engagement des employés doit être mis en avant
Comme chez Swisscom, des mesures individuelles ont marqué l’année 2017. Pour 2018, transfair revendique une augmentation générale de 2.5 pourcent de la somme salariale pour les employés soumis à la CCT. Une partie de cette augmentation étant prévue pour des mesures individuelles. transfair revendique également que les employés se trouvant dans une bande salariale inférieure profitent de développements plus importants. En se basant sur une clôture des comptes qui s’annonce positive, ainsi que sur leur engagement à l’entreprise, les employés devraient légitimement pouvoir profiter de ce résultat positif. D’autres éléments tels que l’augmentation croissante des primes d’assurance maladie, la mise en valeur des prestations professionnelles par l’employeur, la compensation au renchérissement ou le faible taux de rémunération des capitaux d’épargne de la caisse de pension Poste seront pris mise en avant lors des négociations salariales. Le premier tour aura lieu le 20 décembre 2017.
 
Concernant la caisse de pension Poste, transfair ne se satisfait pas de l’augmentation du capital d’épargne de 1'700 CHF par mois accordé par la Poste, dans le cadre du plan social, pour les collaborateurs âgés entre 62 et 65 ans. transfair réclame à nouveau qu’un renforcement de la rente pont AVS significatif, avec comme valeur cible 3'000 CHF, soit inscrit dans le plan social. Suite à des années d’efforts, transfair se réjouit que cette revendication ait été partiellement respectée avec l’octroi par la Poste d’une rente AVS transitoire de 2'000 CHF pour les personnes partant à la retraite anticipée entre 2018 et 2020. Cette somme sera payée rétroactivement pour les années 2016 et 2017.
 
Malgré le recul annuel significatif du volume des lettres, la pression sur les marges dans la distribution de colis et l’environnement des taux négatifs auquel fait face Postfinance, la Poste continue donc d’enregistrer d’importants bénéfices. Plusieurs entreprises de la Poste effectuent cependant des réorganisations qui ont des conséquences négatives sur le personnel : suppression de postes, réduction du taux d’activité et réductions salariales. La récente prolongation des CCT Poste CH SA, CarPostal SA et PostFinance SA montre cependant un signe de stabilité. En outre, transfair se félicite de la signature d’un plan social pour les cadres à l’automne 2017.