Une attaque ! Et après ?

Une attaque ! Et après ? © pathdoc/fotolia.com
20.10.2016

Les attaques contre les offices de poste sont tragiques. Surtout pour les personnes concernées qui se voient dans le pire des cas confrontées à des problèmes de santé et qui. par conséquent, perdent leur emploi et tombent dans une détresse financière. Des mesures pour une meilleure protection des collaborateurs suite à de tels événements traumatisants s'imposent.

Malheureusement, plusieurs attaques contre des offices de poste surviennent encore chaque année. Les collaborateurs concernés en sortent traumatisés et ont souvent du mal a se réinsérer dans la vie professionnelle. Des absences pour maladie, à cause de dépressions, angoisses ou problèmes psychiques peuvent entraîner l'incapacité de travail et conduire à une perte de gain. Cette situation provoque des coûts pour l'employeur et pour les personnes concernées. Si cela perdure, les coûts se répércutent sur les caisses-maladie et donc sur la collectivité. Tout le monde est concerné par cette situation : les familles, les collègues de travail et les proches. 
 
transfair propose des solutions concrètes pour un meilleur sentiment de sécurité
Nous avons rencontré le responsable de la consultation sociale de la Poste (P6), Lorenz Kopp. Cette rencontre fut motivée par des exemples issus de cas actuels de longue durée qui doivent être un indicateur selon lequel, à notre avis, les procédures de prise en charge et de suivi doivent encore être optimisées. La consultation sociale notamment doit être davantage impliquée, même si les personnes concernées ne le jugent souvent pas nécessaire dans la première phase après l'attaque, à cause de leur état de choc. Cela permet de soulager plus rapidement les collaborateurs traumatisés qui pourront se concentrer sur leur rétablissement. 
Nous avons en outre suggéré de créer une check-list. Tous les collaborateurs, notamment ceux de Réseau postal et vente, doivent ainsi pouvoir connaître la procédure concrète à suivre après une attaque.

A l'occasion de la rencontre et en raison d'un incident d'actualité, nous avons également abordé la problématique de l'absence de défibrillateurs, actuellement présents sur les grands sites seulement. Un arrêt cardiaque peut survenir parmi les clients et parmi les collaborateurs. 
 
Et maintenant ?
Pour la suite, nous avons décidé d'agir sur deux axes. P6 a, d'un côté, reçu nos revendications et va étudier si une check-list indiquant la marche à suivre après une attaque, avec toutes les instances concernées, comme p.ex. la consultation sociale, la sécurité d'entreprise, Réseau postal et vente peut être mise en place. La possibilité de réaliser des mesures plus poussées va également être étudiée. De l'autre côté, transfair va soumettre le sujet à discussion au sein de la commission spécialisée Réseau postal et vente.