PostFinance : transfair pose des revendications claires

PostFinance : transfair pose des revendications claires © transfair
26.09.2020

Le 22 septembre 2020, transfair a pris position sur la révision partielle de la loi sur l’organisation de la Poste et donc sur une possible levée de l’interdiction d’octroyer des crédits et des hypothèques pour PostFinance. transfair se concentre sur le maintien des places de travail et sur le personnel, qui a mérité des très bonnes conditions de travail. C’est pourquoi il est primordial que PostFinance retrouve un équilibre financier. PostFinance est une banque d’importance systémique et a un mandat de service universel. PostFinance doit garantir ces deux aspects également dans le futur. C’est pourquoi transfair se prononce en faveur de la levée de l’interdiction d’octroyer des crédits et des hypothèques pour PostFinance. Cependant, transfair est contre une privatisation de l’entreprise, qu’elle soit partielle ou totale.

Oui à de nouvelles perspectives pour PostFinance

transfair est conscient que PostFinance a besoin de perspectives nouvelles. Pour le syndicat, le maintien des emplois et la garantie des conditions de travail actuelles pour le personnel sont prioritaires. transfair met l’accent sur le maintien d’un service public de qualité et sur le fait que la stabilité de PostFinance est importante pour la stabilité de l’ensemble du groupe Poste. Si la situation financière de PostFinance ne s’améliore pas, PostFinance pourrait être contrainte à optimiser ses coûts, réduire les emplois et fermer les sites. En cas de licenciements, cela aurait finalement un impact négatif qui atteindrait aussi la caisse de pension de la Poste. transfair veut absolument éviter ce scénario. Le syndicat se prononce donc pour une levée de l’interdiction d’octroyer des crédits et des hypothèques pour PostFinance. Actuellement, PostFinance n’a pas accès à ce marché. Si PostFinance peut accéder à ce nouveau marché, elle aurait la possibilité de se développer. La revendication de transfair au Conseil fédéral est claire : celui-ci doit s’assurer que la banque soit suffisamment concurrentielle et trouve une capacité de rendement durable.

Non à toute sorte de privatisation

Dans sa prise de position, transfair s’est clairement prononcé contre une privatisation partielle ou complète de PostFinance. En cas de privatisation partielle, l’entreprise devrait verser des dividendes aux actionnaires. En conséquence, certains moyens ne seraient plus investis à l’interne de l’entreprise, et notamment pour le personnel (ex. formations continues). De plus, transfair ne veut pas que la pression exercée sur le personnel augmente car il serait nécessaire d’optimiser les bénéfices de l’entreprise. Le syndicat s’oppose par ailleurs avec force à une privatisation complète de l’entreprise. L’image sûre que possède PostFinance en tant qu’entreprise liée à la Confédération est signe de stabilité. Le danger d’une privatisation partielle ou complète serait que cette image soit endommagée et  cela aurait des conséquences néfastes pour l’entreprise et pour le personnel. La sortie de PostFinance du groupe Poste (privatisation complète) amènerait une augmentation importante des coûts du service universel, car des synergies importantes ne pourraient plus être faites, ce que transfair veut à tout prix éviter. Une augmentation des prix se ferait au détriment de la population et du service public et nuirait à l'attractivité de PostFinance. Cela pourrait compromettre le maintien des emplois et des conditions de travail.  

Un service public accessible à tous !

transfair se bat au quotidien pour qu’un service universel de qualité soit maintenu dans ses branches. PostFinance est responsable du service universel dans le domaine des services financiers. Dans sa prise de position, le syndicat exige que ce service public et les prestations de service universel de PostFinance continuent d’être accessible à tout un chacun. Surtout pour les personnes qui utilisent peu ou pas du tout les moyens digitaux. Ce service universel est un pilier indispensable au maintien des structures économiques et sociales en Suisse. Cela a été prouvé durant la crise du coronavirus.

transfair garde le dossier sur le radar

En résumé, transfair demande des perspectives sur le long-terme pour PostFinance. Dans tous les cas, transfair exige que les collaborateurs continuent à bénéficier d’une CCT de qualité, d’un environnement de travail sûr et d’offres de formation continue. transfair suit le développement de ce dossier et interviendra, si nécessaire, dans le sens de ses membres au niveau parlementaire en collaboration avec sa co-présidente, Greta Gysin.
Domaines
PostFinance SA