Nous avons sondé les intentions d‘Urs Schwaller

Nous avons sondé les intentions d‘Urs Schwaller © La Poste Suisse SA
19.12.2016

Il est le nouveau président du Conseil d’administration de la Poste. transfair s’est entretenu avec Urs Schwaller sur les actuelles intentions de démantèlement et sur l’avenir du géant jaune.

Suppressions de postes, une caisse de pension aux prestations moyennes, scepticisme général quant à l’avenir, notamment chez les salariés de PV et PM. Que fait la Poste pour réduire les incertitudes des collaborateurs et redevenir un employeur plus attractif pour ses salariés ainsi que pour les cadres spécialisés et dirigeants ?

La Poste reste un employeur attractif, fiable et socialement responsable. Les valeurs élevées issues de l’enquête annuelle réalisée auprès du personnel, le faible taux de rotation de 3,8 pourcent et le fait que nos collaborateurs restent en moyenne bien plus de 10 ans à la Poste sont autant d’arguments qui attestent de l’attractivité de la Poste en tant qu’employeur.
En outre, lors de toutes les réformes et réorganisations passées, la Poste a montré qu’elle est un employeur fiable et socialement responsable vis-à-vis de son personnel – cela ne doit pas changer, je m’y engage en tant que président du Conseil d’administration. Mais pour y parvenir, la Poste doit disposer d’une certaine marge de manœuvre face à la concurrence accrue en Suisse et à l’étranger et les salariés doivent faire preuve de flexibilité. Grâce à sa puissance économique et sa planification à long terme, la Poste a pu absorber de manière socialement acceptable les réformes et suppressions d’emplois nécessaires, par exemple dans le traitement du courrier, dans le domaine marchandises et logistique, mais aussi dans le réseau d’offices de poste. Seule une entreprise performante est en mesure de sauvegarder des emplois.
 
Est-il réaliste de réaliser la fermeture annoncée d’offices de poste, respectivement le développement du réseau postal du futur en seulement trois ans ?
 
Cette évolution n’est pas nouvelle. Cela fait plus de 15 ans que la Poste adapte son réseau aux exigences actuelles et futures. Ces exigences sont éloquentes si vous vous rendez à l’office de poste de votre village : au cours des 15 dernières années, les lettres déposées au guichet ont diminué de 63 pourcent, les colis de 42 pourcent et le trafic de paiements de 37 pourcent – le déficit s’élève actuellement à plus de 100 millions de francs. Ce n’est pas une solution d’attendre et de maintenir l’ancienne infrastructure. Au contraire, nous souhaiterions réformer au plus vite le réseau de succursales, le compléter par de nouvelles solutions d’agences, des distributeurs de colis, des points Pickpost et des services numériquement enrichis. Ce n’est pas la Poste qui dicte le rythme de l’évolution, mais ce sont les clients qui évoluent de plus en plus vite dans cette direction. Il est également important que nous cherchions encore davantage le dialogue avec les communes et avec leurs citoyennes et citoyens.
 
Afin de compenser la diminution du volume de courrier, la Poste envisage de proposer que les facteurs relèvent les compteurs d’électricité. Quelles sont vos autres idées ?
 
Le facteur fait la tournée des ménages six fois par semaine, cela fait partie de l’activité essentielle de la Poste. Au vu de la diminution des volumes de courrier à cause de la communication électronique, cela semble évident que nous complétions judicieusement l’activité principale de la distribution par de nouvelles prestations. Il peut s’agir du relevé des compteurs, mais aussi de la distribution de produits régionaux comme des légumes, des fruits ou de la viande, comme nous avons d’ores et déjà commencé à le faire dans des régions rurales, en complément au magasin de vente à la ferme de certains agriculteurs. Dans l’intérêt de la sauvegarde des emplois, nous sommes ouverts à toute nouvelle proposition utile, comme par exemple des services simples pour des autorités ou des communes.
 
Parlons de la caisse de pension de la Poste. transfair demande que la Poste assume pleinement l’augmentation nécessaire des capitaux des retraités et qu’un plan social pour couvrir les lacunes entraînées par les départs involontaires à la retraite soit négocié. Qu’en pensez-vous ?

La garantie de la prévoyance vieillesse a toujours été une priorité pour moi. La responsabilité incombe d’abord au conseil de fondation de la caisse de pension de la Poste. Il doit notamment garantir la stabilité financière de la caisse de pension et déterminer, entre autres, des paramètres comme le taux d‘intérêt technique ou le taux de conversion. Mais nous menons également des négociations dans le cadre du partenariat social afin de trouver de bonnes solutions pour l’entreprise Poste ainsi que pour les salariés. A l’instar des négociations précédentes, la Poste veut s’engager activement pour la consolidation de la caisse de pension. Néanmoins, je dois également faire référence aux actuels objectifs stratégiques du Conseil fédéral pour la Poste qui renvoient clairement à une participation des collaborateurs.
 
Comment voyez-vous l’avenir du partenariat social ?

Les conventions collectives de travail de la Poste, entrées en vigueur cette année, prouvent que le partenariat social de longue durée entre la Poste et ses partenaires de négociation transfair et syndicom fonctionne. Mais les conventions sont également la preuve que nous voulons partager la responsabilité pour les conditions de travail de nos collaborateurs. Notre engagement envers un partenariat social équitable restera inchangé sous ma direction. Jusqu’ici, la Poste a souvent été sur la bonne voie avec son personnel, dans un environnement concurrentiel national, mais aussi plus souvent mondial, devenant de plus en plus rude. Et elle s’est bien défendue. Il convient de tenir compte des deux côtés – rentabilité et responsabilité sociale – et de les harmoniser lors de tables rondes, discussions et négociations avec les partenaires sociaux. Nous ne sommes évidemment pas d’accord sur tous les sujets. Mais à la fin des entretiens, notre but est de trouver des solutions qui ouvrent une bonne voie pour l’avenir de tous : entreprise et salariés.
Domaines
La Poste Suisse