Le Conseil fédéral veut renforcer PostFinance

Le Conseil fédéral veut renforcer PostFinance © transfair
07.09.2018

Lors de sa séance du 5 septembre 2018, le Conseil fédéral a demandé au Département fédéral de l’environnement, des transports et de l’énergie d’élaborer un projet de consultation pour une révision partielle de la loi sur l’organisation de la poste, en collaboration avec le Département fédéral des finances. L’objectif est de permettre à PostFinance d’offrir des hypothèques et des crédits. transfair salue l’orientation prise par le Conseil fédéral, mais exprime tout de même des inquiétudes.

Le modèle commercial de PostFinance est restreint, et l’entreprise enregistre depuis quelques années une baisse des rendements, due à la période de taux d’intérêt bas qui persiste depuis 2008. PostFinance a tenté de contrer cette chute des revenus par différents moyens. La suppression de postes dans le cadre du projet « Victoria 2020 » n’est qu’une des mesures visant à stabiliser l’entreprise, mais aux dépens des salariés et de leurs conditions de travail.
 
Permettre à PostFinance et à son personnel d’évoluer !
Jusqu’à présent, les milieux politiques et son lobby bancaire sont parvenus avec succès à empêcher PostFinance de devenir un sérieux acteur supplémentaire sur le marché des prêts hypothécaires et des crédits. Avec la levée envisagée de l’interdiction, PostFinance pourrait également accorder des hypothèques et octroyer des crédits. Les résultats de PostFinance s’amélioreraient sans aucun doute. René Fürst, responsable de la branche Poste/Logistique de transfair, voit ainsi une chance dans la levée de l’interdiction : « Pour transfair, le personnel de PostFinance est au premier plan. Il est important pour le développement à long terme de PostFinance de pouvoir sauvegarder et renforcer les emplois. »
 
Pour transfair, il est clair : une privatisation (partielle) est inacceptable !
Dans le cadre de l’ouverture envisagée du domaine des hypothèques et des crédits pour PostFinance, il faut bien évidemment prendre en considération les conséquences pour le propriétaire. Pour pouvoir garantir dans sa forme actuelle le service universel inscrit dans la loi sur la poste, avec des services postaux et de paiement, PostFinance doit continuer à faire partie du groupe Poste. transfair s’oppose catégoriquement à un actionnariat tiers, voire à une privatisation ou une privatisation partielle. Car pour le syndicat, il est évident que le service universel inscrit dans la loi ne doit pas être mis en péril !
 
transfair va continuer à suivre le processus et exercer son influence au niveau parlementaire, le cas échéant.
Domaines
PostFinance SA