Défis 2016 de la branche Poste/Logistique

Défis 2016 de la branche Poste/Logistique © xcid/fotolia.com
25.02.2016

transfair est le soutien d'un nombre croissant de salariés de la branche Poste/Logistique. En 2015, nous nous sommes encore développés, notre jeune base notamment a été renforcée par de nouveaux membres. En 2016, nous voulons continuer à convaincre les salariés de la force du partenaire transfair. Cette année, c'est surtout l'activité syndicale principale - la CCT - qui va nous occuper. Mais nous soutenons nos membres dans d'autres domaines également.

Activité principale CCT
L’activité syndicale principale va nous occuper fortement, également en 2016. Car conformément à la loi, il faut négocier des conventions collectives de travail pour l’ensemble des prestataires de services postaux en Suisse. En 2016, de nouvelles négociations CCT vont être entamées, par exemple pour SecurePost SA, IMS SA, DMC et d’autres sociétés du groupe Poste. A long terme, transfair vise toutefois l’élaboration d’une CCT déclarée de force obligatoire qui s’applique autant aux prestataires privés de services postaux qu’à la Poste Suisse et à ses filiales. Dans l’intérêt de nos membres, nous voulons placer la barre des « conditions de travail usuelles dans la branche » aussi haut que possible.
Nous serons également occupés par la mise en œuvre des nouvelles CCT Poste, entrées en vigueur le 1.1.2016. Pour la protection de nos membres, nous n’allons pas hésiter à faire appel aux autorités d’exécution en cas de manquements de la part des employeurs.
 
Mise en œuvre WPV
En 2015, transfair a accompagné de près le projet pilote WPV (Développement réseau postal et vente). Le projet partiel « séparation conseil/vente » notamment a fait l’objet d’intenses discussions avec nos membres. Au printemps 2016, nous allons organiser une nouvelle séance à ce sujet. D’ici là, nous devrions disposer de toutes les évaluations pertinentes du projet pilote, également des points sensibles salaires et pression de vente. Ensuite, nous allons suivre étroitement la réalisation du projet, afin que les intérêts des salariés soient préservés.
 
Enregistrement du temps de travail
La Poste Suisse veut faire usage de la nouvelle possibilité de renonciation à l’enregistrement du temps de travail pour ses cadres dirigeants et spécialisés ainsi que pour ses spécialistes. transfair veut prendre part au processus, car la renonciation à l’enregistrement du temps de travail comporte aussi certains risques. Nous voulons définir clairement les exceptions à l’obligation d’enregistrer le temps de travail et supprimer les risques liées à la santé, au moyen de mesures complémentaires. Une chose est sûre : chaque collaboratrice, chaque collaborateur doit avoir le libre choix de renoncer, ou non, à l’enregistrement de son temps de travail. Dans tous les cas, l’employeur doit garantir ce caractère volontaire. C’est pourquoi nous n’allons pas perdre de vue la mise en œuvre des futures règles. A l’automne 2016, nous organiserons une séance d’information à ce sujet, ouverte à tous les cadres de la Poste.