Le Conseil national demande de marquer une pause

Le Conseil national demande de marquer une pause © SBB/CFF/FFS
13.06.2017

Le Conseil national a adopté la motion 17.3258 pour un moratoire sur la suppression des points de vente CFF avec service gérés par des tiers et n’a donc pas suivi la recommandation du Conseil fédéral. Le résultat du vote laisse également présager un débat animé sur la motion au Conseil des Etats.

Le Conseil national a débattu ce jour de la motion 17.3258 de la Commission des transports et des télécommunications. Thomas Ammann, porte-parole de la Commission dans cette affaire et vice-président de transfair, a exposé à la grande Chambre les motifs en faveur de l’approbation de l’intervention. Le Conseil national a accepté la motion par 93 voix contre 79 et 12 abstentions. En tant que premier conseil, il a chargé le Conseil fédéral d’obliger les CFF à suspendre jusqu’en 2020 la fermeture prévue des 52 points de vente gérés par des tiers.
 
Bruno Zeller, responsable de la branche Transports publics, se réjouit de cette décision: «transfair estime que cette intention de ne servir les usagères et usagers des transports publics que par voie numérique est unilatérale, c’est pourquoi le moratoire est nécessaire.»
 
transfair salue la décision du Conseil national pour plusieurs raisons:
  • Le plus grand prestataire de transports publics se doit de continuer à offrir et soutenir une vente de billets conviviale, avec un conseil personnalisé, dans l’esprit du service public. La suppression de près d’un quart de tous les points de vente CFF gérés par des tiers ne répondrait plus selon nous à cette mission.
  • Il faut mettre fin à la discrimination rampante de groupes de population (principalement les personnes âgées ou en situation de handicap) et de régions (essentiellement rurales). L’accès aux transports publics doit être garanti.
  • Il faut élaborer des solutions équilibrées et renoncer à des fermetures à court terme.
Ce n’est qu’en septembre 2016 que les CFF ont annoncé la fermeture de plus de 50 points de vente gérés par des tiers au 31 décembre 2017. Le moratoire permettrait à l’entreprise d’élaborer et de réaliser d’ici 2020 des offres de remplacement conviviales et conformes au service public.
Domaines
SBB