transfair s'engage pour l'égalité salariale

transfair s'engage pour l'égalité salariale © rawpixel/Pixabay
06.06.2019

transfair prend position par rapport à l’Ordonnance sur l’égalité salariale. Le syndicat demande à la Confédération et aux entreprises proches de la Confédération de montrer davantage l’exemple : les salaires doivent être contrôlés à partir d’un effectif de 50 collaborateurs déjà et le seuil de tolérance d’actuellement cinq pourcent doit être abaissé à trois pourcent.

La révision de la Loi sur l’égalité (LEg) adoptée fin 2018 par le parlement contraint les entreprises de plus de 100 collaborateurs à analyser leurs salaires tous les quatre ans afin de détecter d’éventuelles différences salariales discriminatoires liées au sexe.

Une avancée importante, mais pas immense. Les modèles statistiques de l’analyse de l’égalité salariale permettraient de réaliser des analyses dans des entreprises bien plus petites. Le parlement n’a finalement pas eu le courage de franchir ce pas.

L’Ordonnance relative à la LEg régit l’obligation de la Confédération d’analyser ses propres salaires – elle en avait déjà convenu en 2010 avec les syndicats et procédé à deux analyses depuis. Le Confédération doit continuer à donner l’exemple sur ce point.

Mais transfair ne s’en satisfait pas. Dans le cadre d’une consultation sur l’ordonnance relative à la LEg, le syndicat a posé des exigences supplémentaires dans sa prise de position : la Confédération, c’est-à-dire l’administration fédérale centrale, les unités administratives décentralisées et les entreprises proches de la Confédération doivent de façon analogue activement donner l’exemple. Du point de vue du syndicat, cela signifie qu’un effectif de 50 collaborateurs devrait constituer la limite pour une analyse des salaires, dans tout le secteur public de la Confédération.

En outre, le seuil de tolérance à partir duquel on parle de discrimination salariale doit être baissé à trois pourcent, au lieu de cinq pourcent actuellement. Les modèles statistiques permettent d’aboutir à des résultats exacts avec de telles valeurs. Il n’y a donc aucune raison de conserver des valeurs limites plus élevées.

Prise de position sur la a révision de la Loi sur l’égalité (LEg)
Domaines
Conciliation travail-famille, Service Public, Politique