Négociations salariales dans un Service Public sous pression

Négociations salariales dans un Service Public sous pression © transfair
11.08.2015

La marge de manœuvre des revendications salariales est limitée dans un Service Public sous pression économique et politique. transfair va se défendre contre les attaques qui veulent restreindre le Service Public et dont finalement les conséquences sont supportées par les collaborateurs. Là où des augmentations de productivité sont obtenues, transfair sera intransigeant sur une participation des collaborateurs aux gains sous la forme de mesures salariales.

Négociations Salariales dans un Service Public sous pression

La situation économique est, à l’évidence, défavorable aux revendications salariales. Il existe aussi de grandes différences dans les branches où le syndicat transfair s’engage. Des revendications salariales générales semblent difficiles à obtenir si, dans le même temps, il faut négocier avec les différents partenaires sociaux en raison du franc fort ou à la suite d’assainissements de caisses de pensions. Cela est particulièrement le cas dans les entreprises de transports publics où, qui plus est, les moyens financiers des pouvoirs publics sont réduits. Un vent hostile souffle sur le personnel de la Confédération : au cours des années à venir, le Conseil fédéral veut faire des économies à tous les niveaux. Malgré un résultat positif au premier trimestre, l’environnement économique se reflète dans la pression actuelle sur les marges au sein de La Poste Suisse. Dans le cadre des négociations de la CCT, des mesures salariales ont cependant déjà pu être conclues pour l’année 2016. Il en va de même dans la branche Communication où la pression sur le rendement est très clairement ressentie, à côté des aléas de la situation économique générale.

L’environnement politique influence aussi les négociations salariales de cet automne. Des débats vont avoir lieu au Parlement qui sera prochainement élu, au cours desquels le Service Public sera sous le feu de la critique en ce qui concerne l’étendue et la haute qualité de service mais aussi les coûts. Il s’agit notamment de la révision de la loi sur le transport de marchandises, de l’ouverture du marché dans le domaine du courrier ou des interventions parlementaires souhaitant une limitation des dépenses pour le personnel. transfair répondra de manière décidée aux attaques contre le Service Public et défendra les conditions de travail des collaborateurs.

A côté des revendications salariales proprement dites, transfair considère comme essentiel d'intégrer d'autres thèmes dans les négociations. La pénurie de main d’œuvre spécialisée, par exemple, sera un thème : les partenaires sociaux et les politiques sont sollicités pour favoriser la conciliation entre l’activité professionnelle et la famille mais également pour accorder encore plus d'attention à la relève interne ainsi qu’à la formation continue. transfair va s’engager en outre pour que les domaines d’application des CCT ne soient pas limités sous prétexte de plus de flexibilité dans le contexte de la pénurie de main d'œuvre spécialisée.

Négociations Salariales dans un Service public sous pression
La situation économique est, à l’évidence, défavorable aux revendications salariales. Il existe aussi de grandes différences dans les branches où le syndicat transfair s’engage. Des revendications salariales générales semblent difficiles à obtenir si, dans le même temps, il faut négocier avec les différents partenaires sociaux en raison du franc fort ou à la suite d’assainissements de caisses de pensions. Cela est particulièrement le cas dans les entreprises de transports publics où, qui plus est, les moyens financiers des pouvoirs publics sont réduits. Un vent hostile souffle sur le personnel de la Confédération : au cours des années à venir, le Conseil fédéral veut faire des économies à tous les niveaux. Malgré un résultat positif au premier trimestre, l’environnement économique se reflète dans la pression actuelle sur les marges au sein de La Poste Suisse. Dans le cadre des négociations de la CCT, des mesures salariales ont cependant déjà pu être conclues pour l’année 2016. Il en va de même dans la branche Communication où la pression sur le rendement est très clairement ressentie, à côté des aléas de la situation économique générale.

L’environnement politique influence aussi les négociations salariales de cet automne. Des débats vont avoir lieu au Parlement qui sera prochainement élu, au cours desquels le Service Public sera sous le feu de la critique en ce qui concerne l’étendue et la haute qualité de service mais aussi les coûts. Il s’agit notamment de la révision de la loi sur le transport de marchandises, de l’ouverture du marché dans le domaine du courrier ou des interventions parlementaires souhaitant une limitation des dépenses pour le personnel. transfair répondra de manière décidée aux attaques contre le Service Public et défendra les conditions de travail des collaborateurs.

A côté des revendications salariales proprement dites, transfair considère comme essentiel d'intégrer d'autres thèmes dans les négociations. La pénurie de main d’œuvre spécialisée, par exemple, sera un thème : les partenaires sociaux et les politiques sont sollicités pour favoriser la conciliation entre l’activité professionnelle et la famille mais également pour accorder encore plus d'attention à la relève interne ainsi qu’à la formation continue. transfair va s’engager en outre pour que les domaines d’application des CCT ne soient pas limités sous prétexte de plus de flexibilité dans le contexte de la pénurie de main d'œuvre spécialisée.

Communication : Croissance de la productivité analysée en détail

Dans la perspective des négociations salariales avec Swisscom, transfair veut analyser en détail la croissance de productivité de l’entreprise. Dans la branche Communication, influencée par une mutation technologique extrêmement rapide, par des changements dans le comportement des consommateurs et par la pression mise sur les bénéfices, l’attente pesant sur les collaborateurs est toujours plus forte. Des ajustements de salaires doivent, pour cette raison, être également effectués en fonction du développement de la productivité. Dans ce marché en pleine mutation, Swisscom a déjà annoncé des diversifications et des investissements dans différents secteurs d’activité de l’entreprise. Pour transfair, il est important que les collaborateurs de Swisscom en profitent.

L’harmonisation de la CCT Swisscom IT Services et de la CCT Swisscom, en avril 2015, a permis de stabiliser la situation de l’activité professionnelle pour environ 13‘000 collaborateurs. Dans la perspective des restructurations à venir au sein de Swisscom et dans le sens de la garantie de conditions de travail stables, transfair est prêt à prolonger d’un an la CCT existante, jusqu’à la fin 2017. transfair accorde, qui plus est, une attention particulière à la mise en place de la nouvelle architecture des postes « Claire », en veillant à l’application du principe du maintien de salaire malgré un changement de classification.

Poste/Logistique: Les résultats sont déjà disponibles

La nouvelle CCT entre en vigueur au 1.1.2016 et rassemble sous un seul toit les différentes entreprises du groupe de La Poste. Les salaires existants seront repris sans réduction de salaire dans la nouvelle CCT. Lors des dernières négociations, un accord a également été trouvé pour les mesures salariales de 2016. Pour La Poste et PostFinance, des mesures salariales individuelles de 0.6% et un versement général unique ont pu être négociés. Pour CarPostal Suisse SA, ce sont des mesures salariales individuelles de 0,4%. Ces mesures salariales couvrent déjà près de 90% des collaborateurs de La Poste et de CarPostal, respectivement 75% pour PostFinance. Désormais, ce ne sont pas seulement les mesures salariales générales mais aussi les mesures salariales individuelles qui seront intégrées dans le salaire.

transfair salue le fait que le niveau de la CCT et le développement salarial aient pu être maintenus malgré des temps incertains et une mutation structurelle sur le marché postal. La pression sur les marges est ressentie fortement dans différents secteurs d'activité de La Poste Suisse, comme par exemple pour PostMail et pour les ventes dans les bureaux de la Poste. L’environnement économique continue d’influencer les négociations salariales dans les autres entreprises du marché postal dans lesquelles les discussions salariales sont prévues.

Transports publics : Garantir l'emploi et le salaire malgré le franc fort

Pour les CFF aussi, les mesures salariales ont déjà été définies pour plusieurs années, cela dans le cadre du dispositif de stabilisation de la caisse de pension des CFF. Des mesures salariales individuelles d’un montant de 0.8% de la somme salariale annuelle ont été garanties pour le système salarial jusqu’à 2020 inclus. Une augmentation salariale générale ne serait envisageable que si le renchérissement dépassait les 1,2%. La situation tendue que connaissent certaines caisses de pension réduit le rôle des négociations salariales proprement dites et, dans l'ensemble de la branche, il n’est possible de faire valoir des revendications pour des augmentations salariales générales que là où des progrès de productivité et d'efficacité ont effectivement été obtenus.

Qui plus est, le franc fort a une conséquence importante chez CFF Cargo International où une prolongation du temps de travail a été conclue. A l’inverse, la CCT sera prolongée d’un an et la garantie a été octroyée concernant les salaires et les emplois.

Compte tenu de cette réalité, transfair va s’engager dans les négociations de l’automne salarial pour que la grande majorité du personnel des transports publics puisse profiter des augmentations salariales individuelles. transfair se défendra contre toutes les attaques sur le niveau des salaires dans le secteur ferroviaire suisse.

Administration publique : Mesures d’économie à tous les niveaux

Une fois de plus, le personnel de l’administration fédérale est la cible des politiques : le gel de l’effectif et une limitation de la croissance des dépenses pour le personnel sont réclamés. Déjà avant les élections et la pause d’été, le Conseil fédéral avait cédé et annonçait de nouvelles mesures d’économie à tous les niveaux pour le budget 2016. Après l’annonce au printemps de cette année par le Conseil fédéral de mesures d'économie d'un montant d'environ 100 millions de francs, il a doublé la mise en augmentant ses intentions à hauteur de 165 millions de francs. A la suite de cela, la discussion avec la ministre des finances, Mme Eveline Widmer-Schlumpf, a porté dès le premier tour des négociations salariales sur les mesures possibles pour concrétiser les efforts d'économie du Conseil fédéral. Les mesures générales d’ajustement salarial ne sont donc plus d’actualité.

Les autres entretiens avec la ministre des finances, Mme Eveline Widmer-Schlumpf, seront focalisés sur l'étendue concrète ainsi que l'agencement des efforts d'économie que doit faire le personnel de l'administration fédérale. Pour que les politiciens n’attaquent pas les collaborateurs de l’administration fédérale par-derrière, transfair va poursuivre son travail de persuasion et défendre le Service Public. Nous voulons empêcher que des coupes à blanc dans la politique du personnel mettent en péril les emplois et les conditions de travail.

Un autre thème que transfair va faire progresser concerne la conciliation entre l’activité professionnelle et la famille, pour laquelle la Confédération s’est engagée de manière explicite dans sa stratégie du personnel. Le sondage du personnel de cette année montre que les offres pour une meilleure conciliation n’existent trop souvent que sur le papier. Pour cette raison, l’accès et l’utilisation effective de l’offre existante doivent être améliorés.
Domaines
Conciliation travail-famille, Service Public