Le Conseil fédéral a répondu aux revendications de transfair

Le Conseil fédéral a répondu aux revendications de transfair © Das Schweizerische Parlament
22.06.2020

En avril 2020, transfair s’était adressé au Conseil fédéral dans une lettre avec une revendication claire : le personnel des entreprises liées à la Confédération ne doit pas subir les pertes financières engrangées par le coronavirus. Le syndicat avait demandé une adaptation des objectifs stratégiques de la Confédération pour ces entreprises et une définition claire des conditions relatives à la réduction de l’horaire de travail. En tant que cheffe du Département de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC), Simonetta Sommaruga a pris note de ces revendications et répondu à transfair.

De façon générale, Simonetta Sommaruga a salué le travail du personnel des CFF, de la Poste et de Swisscom dont l’engagement a été remarquable, cela malgré l’aggravation des conditions de travail en raison du coronavirus et liée aux mesures d’hygiène, de distance, ainsi qu’aux difficultés en termes de ressources ou de charge de travail.

Le Conseil fédéral suit la ligne de transfair : le personnel doit être protégé
Avec l’urgence liée au coronavirus, il était nécessaire pour transfair d’agir à tous les niveaux : sur le terrain, à l’échelle du partenariat social mais également au niveau politique. De façon générale, le syndicat se réjouit de la réponse de la cheffe du DETEC qui a été dans le sens du syndicat en affirmant que le personnel des entreprises liées à la Confédération ne devait pas subir les conséquences financières du coronavirus. Simonetta Sommaruga: « Le Conseil fédéral attend notamment des entreprises liées à la Confédération qu’elles soient des employeurs socialement responsables. Cela implique bien entendu d’éviter de répercuter l’impact financier de la pandémie de Covid-19 sur les collaborateurs. ». Un signe clair et très important pour transfair.

Les salaires doivent être versés dans leur intégralité
Les partenaires sociaux recourent ou examinent la possibilité de recourir à la réduction de l’horaire de travail (RHT) en raison des difficultés financières liées au coronavirus. Pour transfair, le plus important est que ceux-ci continuent à verser les 100 pourcent du salaire à leur personnel. Le syndicat se réjouit que la cheffe du DETEC ait assuré dans sa lettre que le versement des salaires par les entreprises liées à la Confédération se poursuivrait sur la base du salaire versé normalement, et donc à 100 pourcent.
 
En outre, transfair avait demandé des règlementations claires et uniformes concernant les RHT pour les entreprises de droit public car les directives de l’Office fédéral des transports, qui a activement appelé les entreprises de transport public à déposer des demandes, et celles du Secrétariat d’Etat à l’économie, selon lesquelles ces entreprises n’avaient pas le droit aux RHT, étaient contradictoires.

La réponse envoyée à transfair laisse encore régner un doute quant au droit, ou non, pour les entreprises liées à la Confédération de recevoir des RHT. Actuellement, les décisions se font au cas par cas. transfair a chargé sa présidence de mettre cela au clair de façon personnelle avec la Présidente de la Confédération. Pour transfair, il reste essentiel que les 100 pourcent du salaire continuent à être versés au personnel.

Objectifs stratégiques – le Conseil fédéral tiendra compte du contexte lié au coronavirus
L’adaptation des objectifs stratégiques pour les entreprises liées à la Confédération était également exigée dans la lettre de transfair. Le Conseil fédéral définit des objectifs ambitieux pour Swisscom, les CFF et la Poste Suisse. Il serait inacceptable que les salariés ressentent une pression des entreprises liées à la poursuite des objectifs financiers ou que ces entreprises soient contraintes à prendre des mesures d’économie sur le dos du personnel. Dans sa réponse au courrier de transfair, la cheffe du DETEC a assuré au syndicat que le Conseil fédéral tiendrait compte du contexte du coronavirus lorsqu’il examinera la réalisation de ces objectifs stratégiques pour l’exercice 2020. transfair suivra avec attention cet examen prévu début 2021 et mettra, si nécessaire, le Conseil fédéral devant ses responsabilités au moment venu.
Domaines
Service Public, Politique