Congés parental et paternité : la Confédération manque une opportunité – il s’agit de trouver des solutions par le biais du partenariat social

Congés parental et paternité : la Confédération manque une opportunité – il s’agit de trouver des solutions par le biais du partenariat social © Francesca Schellhaas / photocase.com
30.10.2013

Par sa décision négative relative aux congés parental et paternité, le Conseil fédéral manque une opportunité de contribuer à mieux concilier travail et vie familiale. transfair regrette cette décision dénuée de courage. Le partenariat social reste ainsi la seule voie permettant aux pères de bénéficier d’un congé paternité. transfair a d’ores et déjà obtenu des améliorations, d’autres revendications sont en préparation.

Aujourd’hui, le Conseil fédéral aurait pu exprimer un engagement fort en faveur de la conciliation entre travail et vie familiale. Un rapport du DFI proposait en effet un choix de huit modèles qui auraient permis d’ancrer un congé parental ou paternité dans la loi. Au grand regret de transfair, le Conseil fédéral a manqué cette opportunité. Sa décision dénuée de courage de refuser le rapport témoigne d’un manque de sensibilité pour les nouveaux besoins de la société.

 

Car la conception des rôles au sein des familles a beaucoup changé – c’est ce que prouve entre autres l’apparition croissante des congés paternité dans les conventions collectives de travail. L’éducation des enfants n’incombe plus exclusivement à la mère. A son tour, le père a le droit de passer davantage de temps avec sa famille. Dans les jours et les semaines qui suivent la naissance notamment, les jeunes familles ont un besoin accru de soutien – d’ordre physique et psychique. Un congé paternité généreux est particulièrement important afin de permettre aux pères de passer cette période cruciale aux côtés de leur famille, à la maison.

 

L’année passée déjà, transfair a réussi à ancrer un congé paternité de 10 jours dans les conventions collectives de travail de Swisscom, cablex et ITS ainsi que dans la Loi sur le personnel de la Confédération. Mais transfair n’en reste pas là. Dans le cadre des négociations en cours, relatives à la nouvelle convention collective de travail de la Poste, transfair a mis sur la table une revendication portant sur une extension du congé paternité, en plus d’autres revendications visant à mieux concilier travail et vie familiale. A l’occasion des négociations salariales à venir avec l’administration fédérale, transfair va en outre demander un congé paternité non rémunéré d’un mois, pour compléter le congé paternité payé déjà existant. Le Conseil fédéral a manqué une opportunité – mais transfair est prêt !