transfair maintient le cap des revendications salariales générales !

transfair maintient le cap des revendications salariales générales ! © transfair
18.12.2017

Les nouvelles technologies et le phénomène digital poussent le service public à réadapter ses méthodes de travail et sa politique du personnel. Actuellement, les entreprises publiques sont contraintes à se réorganiser. transfair s’engage pour que ces bouleversements ne se fassent pas au détriment des employés et insiste sur des conditions de travail équitables et sur des salaires justes.

transfair montre nettement sa volonté d'arriver progressivement à des mesures salariales généralisées durant les négociations de cet hiver. Les mesures toujours plus individualisées ne doivent pas devenir la règle. L'hiver salarial met notamment en exergue la situation des caisses de pension. transfair estime que la question des caisses de pension et celle des salaires doivent être considérées séparément. Pourtant, les partenaires sociaux ont parfois tendance à rassembler ces deux thématiques. Par exemple, la proposition du Conseil fédéral de lier les mesures d'atténuation pour les fonds de pension à la renonciation aux mesures salariales à l'administration fédérale apparaît comme un péché originel. transfair combat cette façon de procéder et estime que la situation des salaires doit être envisagée séparément afin que les employés ne subissent pas les conséquences négatives du manque de capitaux d’épargne. Dans les négociations, transfair insiste de façon générale pour que le renchérissement de 2017 et l’influence de l’augmentation des primes d’assurance maladie soit compensés dans les mesures salariales.
 
transfair revendique la compensation au renchérissement
Le traitement du personnel fédéral est difficile à approuver pour transfair. En effet, il est toujours plus épineux d’obtenir des mesures salariales moindres, que ce soit à la Confédération ou dans le domaine des EPF.  
 
En parallèle, des discussions sur l’abaissement du taux d’intérêt technique et du taux de conversion de la caisse de pension fédérale PUBLICA se déroulent. transfair demande là aussi à l’employeur d’apporter une contribution décisive par des mesures d’atténuation de la situation de PUBLICA. Faute de quoi les assurés actifs risquent de voir leurs rentes diminuer jusqu’à 11 pourcent. Uniquement une partie de ce pourcentage pourrait être compensée grâce aux réserves propres de la caisse de pension. La Confédération doit donc participer au financement des futures rentes alors que les employés contribueraient déjà de façon importante à travers les réserves de la caisse qui seraient utilisées. Dans le meilleur des cas, la perte dans les rentes des actifs seraient de 5 pourcent.
 
Du côté de la Confédération, des discussions intenses ont eu lieu au Parlement. Le Conseil fédéral avait décidé de lier un apport de sa part de 160millions CHF sur trois ans ainsi qu’un apport de 40millions CHF par an, sous la forme d’une augmentation des cotisations d’épargne à PUBLICA. Durant la session d’hiver et au regret de transfair, le Parlement a décidé que ces apports de la part de la Confédération n’auraient pas lieu d’être. En contrepartie, les employés recevront une augmentation générale des salaires de 0.6 pourcent. Dans le domaine des EPF, les chambres ont accepté d’augmenter le budget EPF de 52.9millions CHF. Les employés bénéficieront de la même augmentation salariale générale de 0.6 pourcent.