Une meilleure protection pour le Cgfr : transfair s’adresse à l’OFSP

Une meilleure protection pour le Cgfr : transfair s’adresse à l’OFSP © GWK
27.03.2020

Le 26 mars 2020, transfair a adressé un courrier à l’Office fédéral de la santé publique OFSP et au conseiller fédéral Ueli Maurer, dans le but d’obtenir une meilleure protection des gardes-frontière. transfair demande que ces collaborateurs travaillant à des postes très exposés fassent partie des groupes professionnels pouvant porter des masques de protection et ayant accès à un dépistage régulier.

Depuis le début de la crise du coronavirus, transfair entretient un contact étroit avec l’Administration fédérale des douanes (AFD) afin de discuter des conséquences de cette crise sur les salariés. Un des thèmes récurrents est l’utilisation de masques de protection et l’accès aux tests pour les collaborateurs à la frontière.
 
L’AFD est tenue de suivre les recommandations du Conseil fédéral et des experts de l’OFSP. Ces derniers prévoient actuellement de réserver l’utilisation de masques de protection à certains groupes professionnels, comme le personnel de la santé. Le port du masque de protection n’est pas recommandé pour tous les autres travailleurs. De la même manière, l’accès à des tests réguliers est réglé de façon restrictive et réservé aux mêmes groupes professionnels.
 
transfair demande une modification des recommandations
Pour la protection de la santé de ses membres, mais aussi pour le maintien de la protection des frontières, il est important que les gardes-frontière puissent mieux se prémunir contre un risque de contamination. C’est pourquoi transfair a décidé de s’adresser directement à l’OFSP et au Conseil fédéral, dans le but de parvenir à une adaptation de ces recommandations. Car c’est la seule manière d’obtenir une amélioration pour les gardes-frontière.
 
Les collaborateurs de l’AFD postés à la frontière sont en contact permanent avec des frontalières et frontaliers. Il ne leur est pas toujours possible de respecter les distances minimales. En outre, il existe un risque de contaminer des collègues de travail, compte tenu de l’étroite collaboration au sein des équipes.
 
Suppression des dispositions en matière de durée du travail
Par ailleurs, l’AFD veut pouvoir supprimer certaines dispositions en matière de durée du travail pour le corps des gardes-frontière, si nécessaire. Concrètement, il s’agit des dispositions relatives aux jours de repos. Les mesures proposées ne suscitent que très peu d’enthousiasme chez transfair. Au vu de la situation particulière et étant donné que l’AFD a garanti que ces mesures ne seraient appliquées qu’en cas de nécessité, transfair est prêt à les accepter pour une durée limitée. En outre, dans sa prise de position (en allemand) adressée à l’AFD, transfair a demandé d’autres mesures visant à améliorer la planification du personnel et la protection de la santé. Celles-ci sont également en cours d’examen.
Domaines
DFJP