Suppressions de postes à l’OFIT: transfair vous soutient!

Suppressions de postes à l’OFIT: transfair vous soutient! © frankie's/fotolia
15.03.2017

Nous comprenons désormais ce que le conseiller fédéral Ueli Maurer entend par «quelques licenciements possibles» comme conséquences des réductions budgétaires opérées par le Parlement: à l’OFIT, plus de 60 collaborateurs perdront leur emploi. transfair se tient aux côtés de ses membres et formule des exigences à l’endroit de l’OFIT.

L’OFIT supprime 60 postes en raison des réductions de crédits de personnel et de moyens ICT décidées par le Parlement. Plus de 60 personnes paient ainsi le prix de la politique ratée du Parlement. Les collaborateurs concernés souffrent car leur base existentielle est remise en cause avec négligence par la politique.

transfair soutient ses membres
transfair sera présent dans les locaux de l’OFIT ces prochains jours. Nous soutenons et accompagnons nos membres en cette période difficile et nous prodiguons nos conseils en évaluant les prochaines étapes.

Nous maintenons de plus le dialogue avec l’OFIT pour nous assurer que les dispositions légales et le plan social seront appliqués correctement et dans un esprit aussi social que possible.

transfair formule des exigences claires à l’endroit de l’OFIT
Même si l’OFIT ne pourvoira plus certains postes, des emplois importants seront toutefois mis au concours. En outre, les effectifs de certaines divisions seront également renforcés compte tenu du projet de numérisation DaziT de l’administration des douanes. Pour transfair, il est par conséquent clair que l’OFIT doit faire tout son possible pour prendre en considération les collaborateurs touchés par les suppressions de postes pour ces emplois à pourvoir et pour les former en conséquence.

Par ailleurs, les conditions de travail et les emplois des collaborateurs concernés par des externalisations doivent être garantis. Nous demandons à l’OFIT de trouver une solution adéquate pour autant de personnes concernées que possible et d’éviter les cas de rigueur.

Lien vers le communiqué de presse