Session d'hiver douloureuse pour l'administration fédérale

Session d'hiver douloureuse pour l'administration fédérale © transfair
23.12.2016

La session d'hiver a procédé à quelques coupes douloureuses pour les collaboratrices et collaborateurs de l'administration fédérale. En premier lieu, le Conseil national s'est défoulé avec cynisme et le personnel en a pâti à plusieurs reprises. Les réductions décidées sont irresponsables et dépourvues de tout sens. Il a toutefois été possible d'atteindre quelques objectifs malgré tout.

Nous ne le savons que mieux dorénavant: le parlement, et plus particulièrement le Conseil national, est entre les mains de la droite bourgeoise. Les temps sont rudes par conséquent pour l'administration fédérale. Les demandes de coupes budgétaires, poussées par la commission des finances du conseiller national responsable du désastre (CdF-CN), sont aussi nombreuses que cavalières. Les demandes de coupes sans fondement plausible semblent en outre être désormais à l'ordre du jour.

transfair a contesté cette folie. Il a été possible d'éviter certaines demandes, dont par exemple l'attaque contre les rentes transitoires. En procédant à des réductions transversales dans le budget et dans le programme de stabilisation, le Conseil national a imposé sa ligne dure. Les conséquences pourraient bien devenir fatales.

Budget: Une fois plus de réductions transversales

C’est plus particulièrement le budget que les Conseils nationaux bourgeois «soutiens de l'État» avaient choisi comme enjeu pour leur attaque contre l'administration fédérale. D'innombrables demandes de réductions relatives au personnel, y compris, mais sans s'y limiter, le Bureau fédéral de l'égalité entre femmes et hommes (BFEG, la demande de réduction d'un cinquième du budget global!), l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), l'Office fédéral de la statistique (OFS), ainsi que l'Administration fédérale des contributions (AFC) ont été déposées par la CdF-CN. En plus de cela, les traditionnelles réductions transversales sur le crédit destiné au personnel. La liste de vœux parlementaires prévoyait des réductions allant jusqu'à 163 millions de francs.   

Les débats parlementaires sont parvenus à freiner quelque peu la folie de la CdF-CN. Les attaques portées au budget global de chaque administration ont pu être contrecarrées. Il reste encore la pilule amère d’une réduction transversale de 50 millions de francs. Le fait de s’accrocher obstinément à cette folie d’épargne pétrie d’idéologie va sacrifier environ 370 postes à temps plein. Avec ces mesures d’austérité insensées, les demandes d’augmentation du corps des gardes-frontières (Cgfr) n’avaient aucune chance de trouver une majorité.

Programme de stabilisation: Attaque des rentes transitoires déjouée

Le programme de stabilisation 2017 – 2019 n'a pas encore été définitivement examiné par le parlement. transfair a pourtant déjà remporté une victoire importante. Une fois encore, la CdF-CN a sonné la charge sur la rente transitoire. Déjà le Conseil fédéral lui-même veut les limiter de manière significative avec le programme de stabilisation, mais selon les plans de la CdF-CN, la rente transitoire accessible à toutes les catégories de personnels comme celle des catégories spécifiques de personnel (Cgfr, officiers de carrière et sous-officiers et le personnel transposables de l'EDA) auraient dû être purement et simplement supprimées. En unissant ses forces, transfair a réussi à maintenir au niveau actuel la rente transitoire pour certaines catégories de personnel. Pour des raisons sociales, il est aussi possible à l’employeur d’apporter une contribution pour les autres catégories de personnel.

Le combat n'est pas terminé en ce qui concerne les frais de personnel. Selon le Conseil national, la Fédération économisera 100 millions de francs supplémentaires pour ses besoins propres au cours des années 2018 et 2019. Le Conseil des États s’y oppose encore pour le moment. Selon toute probabilité, menacés de fermeture, les bureaux de douane de l'est de la Suisse ainsi que le Centre d'entraînement sportif de l’armée à Andermatt sont susceptibles d’être sécurisés.

Révision OPers / O-OPers: recherche d'amélioration

La dernière révision de l'ordonnance sur les employés fédéraux (OPers) et l'ordonnance du DFF relaive au personnel fédéral (O-OPers) n’a pas été traitée au Parlement et a donc probablement été épargnée par une coupe à blanc. D’après transfair, on peut faire ressortir deux points. Tout d'abord, transfair a réussi à ancrer dans l’O-OPers et à assurer le droit à l'allaitement rémunéré, si bien que les heures marginales peuvent également être prises en compte. En outre, l'interdiction de la double nationalité pour le personnel transférable de l'OEB a été abolie.
Domaines
Administration publique, Office fédéral de la santé publique, Office fédéral de la statistique, Corps des gardes-frontière