Rencontre annuelle DGD : numérisation et pression migratoire

Rencontre annuelle DGD : numérisation et pression migratoire © Eidgenössische Zollverwaltung EZV
07.02.2017

Mi-janvier, transfair a rencontré le Directeur général des douanes (DirGD) Christian Bock pour le traditionnel échange annuel. Les partenaires sociaux ont abordé la numérisation, les mesures d’économies, la pression migratoire à la frontière ainsi que d’autres sujets relatifs au personnel.

La numérisation ne s’arrête pas à la porte de l’administration fédérale. Lors de la rencontre annuelle à la Direction générale des douanes (DGD), le DirGD a informé les syndicats sur les projets DazIT et douane 4.0. DazIT est un projet de transformation visant à adapter les douanes à l’avenir numérique, au cours des dix prochaines années.
Pour les collaborateurs, DazIT ira de pair avec un certain nombre de changements. La DGD a toutefois confirmé que DazIT n’entraînera aucun licenciement. Le processus sera étroitement accompagné par l’employeur, les salariés vont être formés en conséquence et les syndicats seront également impliqués. En février 2017, le Conseil fédéral va prendre les premières décisions par rapport au crédit d’engagement nécessaire.

Réaliser les mesures d’économies sans recourir aux licenciements
Pour les mesures d’économies, le délai est nettement plus court que pour DazIT. Outre la mise en œuvre du programme de stabilisation 2017 – 2019, il faut également réaliser la coupe budgétaire du parlement – dans la session d’hiver, le Conseil national a imposé une réduction de 50 millions de francs sur le crédit du personnel. La DGD examine actuellement différentes mesures. Les économies doivent être réalisées sans recourir aux licenciements. Il n’est pas question de toucher à la formation, les classes à Liestal doivent avoir lieu, au moins sous une forme réduite. Ici aussi, il est prévu d’impliquer les syndicats.

La pression migratoire à la frontière va augmenter
L’an passé, le Corps de gardes-frontière (Cgfr) a traité quelque 55‘000 cas liés à la migration. Pour 2017, on s’attend à une hausse de ces cas. Le Cgfr se prépare en conséquence. Les processus et la planification ont été optimisés, les opérations de concentration des forces ont été remplacées par des engagements de renfort, plus durables. Le soutien au Cgfr par la Sécurité militaire (séc mil) est également en discussion actuellement.

Pas de consignes pour l’évaluation du personnel
Pour l’évolution individuelle des salaires, la DGD va exploiter toutes les possibilités dont elle dispose. Au vu de la frénésie des économies persistante du parlement et de l’absence de mesures salariales générales au niveau fédéral ces dernières années, c’est un signal important pour le personnel ! En outre, la DGD confirme qu’aucune consigne n’a été donnée pour les évaluations du personnel. Ces dernières s’effectuent donc selon la performance, et pas selon des quotas à atteindre.