Programme de stabilisation : de petits pas dans la bonne direction

Programme de stabilisation : de petits pas dans la bonne direction © transfair
29.09.2016

Le Conseil des Etats a débattu du programme de stabilisation 2017 – 2019. Sur un certain nombre de points, il a corrigé le projet du Conseil fédéral. Mais les économies imposées à l’administration fédérale et à ses collaborateurs restent très élevées. Par ailleurs, les corrections du Conseil des Etats ne doivent pas entraîner un transfert de la pression des économies !

Le programme de stabilisation 2017 – 2019 prévoit des économies de l’ordre d’un milliard de francs environ – bien que la Confédération table sur un excédent de recettes de 1.7 milliard de francs pour 2016. Et les collaborateurs de l’administration doivent également passer à la caisse. Aux mesures réalisées indépendamment du programme de stabilisation – par exemple dans le cadre du budget 2017 – s’ajoutent encore des mesures de près de 100 millions de francs dans le domaine du personnel.

Le Conseil des Etats effectue d’importantes corrections
Le Conseil des Etats a procédé à des corrections ponctuelles du programme d’austérité du Conseil fédéral. Ainsi, on devrait renoncer à fermer des postes de douane. Au cours du débat, le conseiller fédéral Ueli Maurer a affirmé renoncer à la suppression du centre de sport de l’armée Andermatt. En outre, le Conseil des Etats a renouvelé son engagement en faveur du message relatif à la formation, à la recherche et à l’innovation (FRI) et réduit de moitié le montant prévu pour les économies dans le domaine FRI. En ce qui concerne les subventions pour les primes d’assurance-maladie et les dépenses relatives à la migration, le Conseil des Etats s’est également écarté de la ligne dure du Conseil fédéral.

Il reste des coupes sévères
transfair salue ces décisions, car ce sont d’importants signaux contre l’actuelle frénésie des économies. Il est toutefois moins réjouissant de constater que le Conseil des Etats veut lui aussi maintenir les économies sur les rentes transitoires. En outre, le conseiller fédéral Ueli Maurer a fait savoir qu’il envisageait de compenser les corrections du Conseil des Etats à d’autres endroits. transfair s’y oppose avec détermination. Il n’est pas acceptable que le Conseil fédéral réalise tout simplement ailleurs des mesures d’économies annulées par le parlement.

La balle est dans le camp du Conseil national
Après le Conseil des Etats, le Conseil national va à son tour se pencher sur le programme de stabilisation durant sa session d’hiver 2016. Au sein de la Chambre du peuple, transfair va également s’engager fermement pour que la pression des économies exercée sur l’administration soit allégée.
Domaines
Administration publique