Les gardes-frontière sont en colère et adoptent une résolution

Les gardes-frontière sont en colère et adoptent une résolution © Eidgenössische Zollverwaltung
07.09.2017

Lors de la première conférence extraordinaire nationale des gardes-frontière qui a eu lieu le 5 septembre à Olten, les quelques 130 personnes présentes ont manifesté haut et fort leur mécontentement. Le projet du Conseil fédéral consistant à augmenter encore de cinq ans l’âge de la retraite, aussi pour les gardes-frontière, suscite l’ire de ces derniers. A l’unanimité, ils ont adopté une résolution.

Les gardes-frontière sont en colère. Le délai transitoire pour l’augmentation de l’âge de la retraite à 60 ans n’est même pas encore arrivé à son terme, et le Conseil fédéral prévoit déjà une nouvelle augmentation : et même de cinq ans, cette fois. A l’avenir, l’âge ordinaire de la retraite doit être fixé à 65 ans pour ceux et celles qui défendent nos frontières sous la pluie et dans le vent, lors de froid extrême ou de grosse chaleur.
 
Pour Roland Liebi, président central de Garanto, c’est incompréhensible : « Les gardes-frontière doivent répondre à des exigences physiques et mentales hors normes ! Le fonctionnement 24 heures sur 24 et l’environnement devenu de nouveau plus difficile, avec des vagues migratoires, la lutte contre la criminalité et le tourisme économique, affectent la plupart des gardes-frontière. »
 
La mise en œuvre du projet du Conseil fédéral occasionnerait d’importants coûts supplémentaires. Le maintien dans les fonctions initiales étant peu probable après 60 ans, cela nécessiterait la création de nouveaux emplois dans le domaine administratif. Stefan Müller-Altermatt, président de transfair : « Dans la situation actuelle, il faudrait créer quelque 200 nouveaux postes administratifs. En outre, les carrières professionnelles des gardes-frontière devraient être entièrement revues, il faudrait adapter le modèle de formation et la formation continue. »
 
Par le biais de la résolution, le Conseil fédéral est une nouvelle fois officiellement invité à stopper son projet d’augmentation de l’âge de la retraite. Les participants à la première conférence extraordinaire nationale des gardes-frontière n’excluent pas de prendre d’autres mesures si le Conseil fédéral ne devait pas donner suite à cette demande.
Domaines
Corps des gardes-frontière