Il est finalement quand même question de licenciements

Il est finalement quand même question de licenciements © Parlamentsdienste 3003 Bern
12.01.2017

Pour le personnel de la Confédération, la nouvelle année commence avec une mauvaise nouvelle. Après la réduction, en décembre 2016, du crédit du personnel de 50 millions de francs dans une action inutile et irréfléchie des forces bourgeoises, le scénario tant redouté par transfair va se réali-ser. Le conseiller fédéral Ueli Maurer a déclaré aujourd’hui que seuls des licenciements permettraient d’atteindre les objectifs d’économies.

En décembre dernier, le ministre des finances avait encore promis que les économies de 50 millions de francs allaient pouvoir être réalisées sans avoir recours aux licenciements. Or, il fait maintenant machine arrière et abandonne à son sort l’ensemble du personnel de la Confédération.

Il est temps de jouer cartes sur table
Nous sommes indignés par la manière dont procède le chef du département des finances et exigeons qu’il joue enfin cartes sur table. Le conseiller fédéral Ueli Maurer doit tenir sa promesse et s’engager résolument en faveur du personnel de la Confédération, et contre des licenciements.

Le conseiller national et président de transfair, Stefan Müller-Altermatt, tient des propos très clairs : « Il est temps qu’Ueli Maurer dise la vérité au parlement. Il doit montrer à quels endroits des emplois vont être économisés et quelles tâches vont être supprimées. »

transfair continue à se battre
transfair ne s’avoue pas vaincu et continue à se battre, à tous les niveaux, en faveur du personnel de la Confédération. Nous allons nous faire entendre au sein du parlement et également nous opposer fermement à la folie des économies et du démantèlement, à l’occasion de la rencontre des partenaires sociaux avec le conseiller fédéral Ueli Maurer.
Domaines
Administration publique