Grâce au Non à l‘initiative Pro Service Public, le Conseil des Etats s’engage en faveur du service public

Grâce au Non à l‘initiative Pro Service Public, le Conseil des Etats s’engage en faveur du service public ©Parlamentesdienste Bern
25.09.2014

Le nom est trompeur : l‘initiative Pro Service Public laisse entendre qu’elle vise à renforcer la desserte de base. Mais à y regarder de plus près, l’initiative s’avère être un dangereux miroir aux alouettes. Le Conseil des Etats l’a compris et rejette clairement cette initiative – pour le plus grand plaisir de transfair.

transfair est ravi du net rejet de l’initiative Pro Service Public par le Conseil des Etats dans sa séance de ce jour. Car même si l’intitulé fait croire le contraire, l’initiative Pro Service Public est dangereuse pour la desserte de base en Suisse.

En attaquant les entreprises qui fournissent les services de la desserte de base sur mandat de la Confédération, l’initiative mélange avec négligence les services de la desserte de base avec ceux fournis par ces mêmes entreprises dans un contexte de libre concurrence et face à d’autres acteurs du marché.

Lorsque les initiateurs critiquent les bénéfices élevés dégagés par des entreprises comme la Poste Suisse et Swisscom, ils ignorent que ces bénéfices ne proviennent pas de la desserte de base. Au contraire, ces domaines génèrent avant tout d’importants coûts et peu ou pas de bénéfice - comme c’est le cas pour le réseau d’offices de poste ou pour l’infrastructure ferroviaire.
En attaquant ces entreprises de front, l’initiative ne contribue ni à améliorer la qualité ni à baisser les coûts du service public. Mais elle nuit aux entreprises qui fournissent ces services. Et met ainsi le service public ainsi que les emplois des salariés du service public en péril.

Le service public et ses salariés nous tiennent à cœur. Un service public de qualité et disponible dans toutes les régions du pays, c’est l’épine dorsale de l’économie suisse. C’est pourquoi nous devons en prendre soin. L’initiative Pro Service Public ne le fait pas. De ce fait, transfair s’oppose avec véhémence à cette initiative.