Entretien avec Eveline Widmer-Schlumpf

Entretien avec Eveline Widmer-Schlumpf © transfair
27.05.2015

Le personnel de la Confédération est soumis à de fortes pressions depuis quelques mois. Le crédit du personnel est attaqué de toutes parts. Outre de nombreux projets d‘économies issus du parlement, le Conseil fédéral veut lui aussi économiser sur le personnel. A l’occasion d’un entretien le 26 mai avec la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf, transfair a abordé le sujet et critiqué la pression exercée sur les salariés.

Au moment de la présentation du compte d’Etat 2014, le Conseil fédéral a annoncé en février des restrictions sur les dépenses du personnel. Début mai, il a surenchéri en répondant à la motion Müller Leo et en annonçant un programme d’économies de 165 millions de francs dans le domaine du personnel. Parallèlement, le parlement augmente la pression sur les dépenses du personnel, et ainsi sur les salariés de l’Administration fédérale, de manière irresponsable, par de nombreuses motions relatives au plafonnement des dépenses du personnel ou de l’effectif – dont la motion Müller Leo susmentionnée, la motion Föhn et la motion de la commission des finances du Conseil des Etats.

Entretien avec la conseillère fédérale

Le 26 mai, les syndicats de l’Administration fédérale se sont entretenus avec la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf sur la pression à laquelle est exposée l’Administration fédérale. Les syndicats ont, entre autres, critiqué la concentration exclusive du parlement sur les dépenses du personnel, sans tenir compte des tâches à accomplir par l’administration et sans tenir compte du fait que la Suisse présente déjà la quote-part de l’Etat la plus basse au monde.

Pas de suppression d’emplois sans réduction des prestations

Au moment de l’entretien, la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf n’était pas encore en mesure de faire une déclaration concrète sur les conséquences. Néanmoins, elle a confirmé qu’elle ne procèdera pas à une suppression d’emplois sans en même temps réduire les tâches. C’est un signal important à l’intention du parlement : au sein de l’Administration fédérale, il n’y a aucune marge pour des économies. Pour économiser, il faut forcément supprimer des prestations.

En juin, le Conseil fédéral va délibérer sur les caractéristiques concrètes des projets d’économies. C’est pourquoi transfair va une nouvelle fois rencontrer la ministre des finances fin juin, dans le but de discuter des conséquences. D’ici là, le Conseil fédéral devrait aussi avoir présenté son analyse relative aux raisons qui ont provoqué la chute des recettes fiscales.

transfair s’oppose aux projets d’économies

transfair ne restera pas inactif d’ici là, mais cherchera à établir le contact avec le parlement pour y mener un travail de persuasion. En outre, conjointement avec la communauté de négociation de la Confédération et swissPersona, transfair s’est adressé à la commission des finances des deux Chambres afin de s’y engager en faveur des collaborateurs de l’administration. transfair va s’opposer avec détermination aux projets d’économies et défendre les intérêts des salariés de l’Administration fédérale.
Domaines
Administration publique, Office fédéral de la statistique, DDPS, Corps des gardes-frontière