Enquête 2018 auprès du personnel : les effets d’une politique néfaste se font sentir

Enquête 2018 auprès du personnel : les effets d’une politique néfaste se font sentir ©vegefox.com/stock.adobe
30.01.2019

Le Conseil fédéral a aujourd’hui pris connaissance des résultats de l’enquête 2018 auprès du personnel. Les résultats sont le reflet de la politique néfaste de ces dernières années. Le Conseil fédéral et le parlement mettent en jeu la confiance dans l’employeur Confédération ainsi que le fort engagement de leurs collaborateurs.

Le personnel de la Confédération est depuis des années la cible d’attaques de la droite bourgeoise. Des douzaines d’interventions traitent de prétendus privilèges du personnel de la Confédération et demandent des coupes en matière de conditions de travail. Récemment, des attaques contre le système salarial et la compensation du renchérissement ont suscité le débat. Le Conseil fédéral ne s’est pas non plus toujours comporté en employeur fiable, par exemple en ce qui concerne l’augmentation de l’âge de la retraite pour les garde-frontières et les militaires de carrière.
 
L’attractivité de l’employeur Confédération est en grand danger
Comme le montrent les résultats de l’enquête 2018 auprès du personnel, tout cela n’est pas sans conséquences. A la question s’ils opteraient aujourd’hui de nouveau pour un emploi à la Confédération, les employés répondent favorablement à seulement 74 pourcent. Un score qui n’a jamais été aussi bas depuis 2012. Ce résultat est inférieur de cinq points par rapport au benchmark, composé de valeurs d’autres administrations publiques et entreprises proches de la Confédération.
 
Les perspectives d’évolution au sein de l’administration sont également évaluées de façon nettement plus négative. Cette valeur perd trois points pour s’établir à 60 points. Avec 64 points, le benchmark est nettement mieux évalué. Dans ce contexte, transfair n’est pas étonné que la direction générale soit constamment évaluée négativement, depuis des années.
 
Motivation extraordinairement élevée : une lueur d’espoir
Malgré tout, le taux de motivation constamment élevé du personnel de la Confédération, évalué à 85 points, est réjouissant. Mais une telle valeur ne doit pas être prise pour acquise.
 
C’est pourquoi transfair demande aux milieux politiques de témoigner davantage de respect et de reconnaissance à l’égard du personnel de la Confédération. La Confédération doit regagner la confiance de ses collaborateurs et redevenir un employeur fiable.
Domaines
Administration publique